mardi 14 novembre 2017

Le bain - Episode 11

Mona était dans mes bras, vulnérable et le corps totalement relâché, la fessée que je lui avais donnée était sévère, je le savais.
En cela, j’avais transgressé ma conduite habituelle.

Une première fessée, c’est comme un premier baiser, on s’approche à tâtons de celle qui nous inspire en prenant soin de ne pas briser le charme qui opère et nous dépose cette poupée dans les bras.
Il faut d’abord apprendre à lire son désir quand elle est silencieuse, devancer ses envies quand elle les garde secrètes et faire naitre cette divine excitation qui balaye toutes les peurs.
Il est réducteur de croire que l’un guide et que l’autre se laisse faire passivement.
Il n’en est rien, car si le premier est à l’initiative, il ne doit pas en demeurer moins à l’écoute de la femme qui vient autant à sa rencontre qu’à celle d’un précieux fantasme.
Et parce que cette femme se montre avare des mots, ses yeux, ses mains, sa peau, son souffle et son corps tout entier sont les seules pages du livre qui mène jusqu’à elle…
C’est une mise en danger que de se mesurer aux fantasmes de l’autre, tenter d’être à la hauteur de ses envies silencieuses.
C’est aussi un plaisir inouï, celui d’aller à la rencontre d’une femme et de ses désirs enfouis, comme un robinson le ferait sur une île au trésor après un naufrage en haut trouble.

Cette première fessée avait été sévère alors qu’elle aurait dû être mesurée et dédiée à l’apprentissage du corps et du souffle de Mona.
Mais en m’invitant à plusieurs reprises à me montrer dur, elle m’avait donné l’envie de l’être, malgré l'absence de motif suffisant.

Je pris le temps de la câliner, de l’embrasser, de la bercer pour la ramener au monde. J’avais envie de lui faire plaisir pour ce cadeau qu’elle m’avait fait.
Je suis allé faire couler un bain.
En revenant et sans dire un mot j’ai enlevé ses sandales, puis la culotte qui lui serrait les jambes. Elle se laissait faire, en facilitant mes gestes.
Je lui fis lever les bras pour ôter la robe et j’ai ensuite dégrafé le soutien-gorge pour libérer ses seins.
Elle semblait si fragile et vulnérable, alanguie sur le canapé, nue alors que j’étais habillé. La couleur de ses fesses contrastait avec celle du reste de son corps et malgré le fait qu’elle m’observait en coin, son regard semblait perdu.

Je l’ai prise dans mes bras jusqu’à la salle de bains avant de l’immerger dans la mousse tiède du bain.
Je l’ai lavé en silence, il n’y avait que le clapotis de l’eau et les injonctions douces de ma voix qui la guidait pendant que mes mains la savonnaient de la tête aux pieds sans rien oublier de ses secrets.
Une fois rincée à l’eau tiède, je l’ai sortie du bain et frictionnée, enroulée dans un drap en coton.
En la prenant pas la main, je l’ai emmené jusqu’au lit sur lequel était posé le flacon de mixa bébé que j’avais acheté dans l’après-midi.
Je lui fis signe de s’allonger sur le ventre.
Malgré les stigmates sur les fesses qui témoignaient ce que je lui avais fait endurer, elle semblait terriblement apaisée.

Ce qu’elle ignorait, c’est que chaque nuit qui suivrait ce soir-là, elle offrirait ses fesses au miroir de sa chambre, fascinée par les traces de ce premier châtiment et soucieuse de les voir s’effacer lentement…



16 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci la douceur n'est jamais aussi bien entourée que par la fermeté, l'intransigeance et la sévérité...

      Supprimer
  2. Du Mixa Bébé, elle en a de la chance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je suis un vrai représentant de commerce de "Mixa bébé", je masse, je caresse, je lubrifie, avec cet onguent.
      Je le fais comme un artisan en amour du travail bien fait et de l'oeuvre qu'il nourrit avec ce baume....

      Supprimer
    2. L'affreux,
      je sais bien que les vieilles habitudes sont difficiles à changer, mais il faudrait songer sérieusement à quitter le Mixa Bébé pour passer à l'arnica, à la crème Rescue (Les Fleurs de Bach) ou même à l'huile essentielle d'Helichryse, vu la sévérité des punitions :p

      L.M. ��

      Supprimer
    3. Mais où est donc arnica?
      Vous semblez être experte des trousses de premiers secours. Je connais les vertus de l'arnica mais juste la réputation de la crème Rescue...
      Les huiles essentielles d'Helichryse, je connais pas. Je file à la pharmacie en acheter 3 packs de douze !
      J'aime bien le mixa bébé, c'est bon pour le massage de l'ensemble du corps et si jamais vos mains débordent légèrement sur l'entrecuisse de la poupée que vous massez (ce qui m'arrive rarement, soyez-en sûr, j'y suis tellement vigilant !) aucune irritation ne vient vous voler ce moment...

      Supprimer
  3. Très subtil et sensuel. Ça donne envie de continuer à vous lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci François-Fabien et bienvenue ici. C'est une idée très plaisante que nos fantaisies provoquent ce genre d'écho...

      Supprimer
  4. Le souffle coupé...
    Clara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Clara, c'est généralement la fessée qui coupe le souffle. La consolation c'est un sas où l'on reprend son souffle, convoqué lentement et progressivement par une exigence charnelle....

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup votre façon d'écrire. C'est vivant.

    Héléa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue et merci Héléa.
      Etre vivant et au plus près de ses En-Vies, c'est un peu mon crédo !
      et vous? :p

      Supprimer
    2. Moi ? Mon crédo ? Que pourrais-je inventer encore comme bêtise ? :p

      Héléa

      Supprimer
    3. Votre crédo n'est pas contradictoire avec le mieux, finalement...

      Supprimer
  6. Plouf Plouf, ça sera toi que je fesserai! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes le gagnant du Vermot d'or de cette série de commentaires !

      Supprimer