samedi 17 octobre 2020

Tirer le Grelot !


Mais je le sais que je suis bizarre, héhooo, je saiiiis !
J'aime jouer à la poupée tout autant qu'au dressage de pouliche !
Une fois, j'avais tendu un gros fil en coton depuis le bas du pied de la table jusqu'à une applique murale de manière à ce que cette cordelette monte en pente douce comme le câble d'un petit funiculaire. Sur ce fil, j'avais pincé deux petits grelots, comme deux petits mouchards, insolents et moqueurs...

Je vous raconte? Bon, je vous raconte !

Elle me regarde en essayant de comprendre où je veux en venir et n'obtient aucune autre explication qu'un: "Mets-toi sur la pointe des pieds".
Je me baisse : "Plus haut les pointes! ". Elle Obéit.

Je mesure précisément la distance qui va de la moquette jusqu'aux lèvres de son sexe. Je retranche de cette longueur la largeur de trois doigts. Je définis ensuite sur le fil tendu le point dont la hauteur par rapport au sol est égale à la longueur obtenue précédemment et j'y pince un troisième grelot !

J'ai perdu qui là? tout le monde suit? Je sais, c’est très très technique et j'essaye d'être précis. Bon je peux vous le dire maintenant, j'ai une formation d'ingénieur alors j'vais vous faire un tit crobar (même si j'suis pas foutu de crayonner un mouton, je dessine comme une enclume ! faudrait que je demande à Stan ! ).

C'est plus clair?

Ensuite, je place ma pouliche à coté de la table, à califourchon sur le fil. Ses jambes sont légèrement écartées et elle a les mains sur la tête.

Je lui apprends l’enchaînement suivant:  "talons, pointes des pieds (pendant que je décompte 20 jusqu'à zéro) puis talons ! ». Elle l’exécute une première fois à la perfection. Good girl !

« Avance d’un pas, juste un pas, pas plus et sans toucher la corde ! »
La demoiselle glisse doucement d'un pas, en prenant soin de ne pas réveiller les grelots qui sommeillent.
De nouveau, je lui dicte l’enchaînement et ma cravache bat le décompte de ma voix sur le plat de ma main comme la baguette du maestro. "excellent travail !"
« Avance à nouveau ». Elle glisse d'un pas.

Vous voyez l’enchaînement ? limpide, précis et appliqué?
Elle en a fait quatre, chacun suivi d'un pas et c’est là, juste après, que la merveilleuse mécanique que j’avais mise en œuvre s’est enrayée...

Ça commence par un grelot qui soupire, la pouliche qui s’immobilise, ma cravache qui la cingle, avant qu'elle ne recommence depuis le départ, au niveau de la table.
Puis après 3 enchaînements impeccables, un grelot moucharde à nouveau, nouvelle correction pendant que je la sermonne. Nouveau départ !
Elle recommence l'exercice, serre les dents, nouvelle défaillance, elle s’énerve et tape du pied sur le sol de rage.
Son envie de réussir est presque plus forte que mon envie de la voir réussir.

Ma voix se durcit, ses yeux se troublent sous les morsures de ma cravache. Encore le point de départ, encore... encore...

Il y a des jeux où l’on peut s’investir au-delà du raisonnable, comme si on jouait sa valeur d’homme ou de femme sur une épreuve absurde, vécue avec démesure.
C’est tout un petit séisme qui s’est invité en elle ce soir-là, la rendant tellement vulnérable dans son obsession de bien faire. Et elle s'est noyée dans une océan de larmes pour gravir cette ascension. 

Quand elle repris pied après ce petit naufrage, c'était sur la terre ferme ou plutôt un lit, dans le berceau de mes bras qui la câlinaient.

Etrange comme le chaos et le déséquilibre sont, parfois, des chemins nécessaires pour trouver la sérénité de l’instant parfait.

33 commentaires:

  1. Après m'être tardivement arrêté devant la porte de "La Toilette" je m'arrête devant le préliminaire que je choisis : "Tirer le grelot", une lecture très... inspirante !
    Comme le sommeil ne m'emporte pas sur son train à songes, je me tire de sous la couette pour tendre réellement la corde qui hante à présent mon esprit.
    En suivant scrupuleusement l'ingénieux schéma descriptif de notre hôte conteur je tisse une toile en ligne droite partant du pied du canapé jusqu'en haut de la bibliothèque.
    Je retire le petit pyjama rose qui tenait mes hanches au chaud et monte à cheval sur ma corde noctambule.
    Il n'y a ni grelot ni Méchant pour surveiller avec sévérité la bonne réalisation de l'exercice et la corde qui effleure mon clitoris l'éveil à ses envies.
    Je le frotte sans bruit sur le file de chanvre pour ne pas être surprise en pleine escapade nocturne. Mes lèvres se gorgent de désirs, mon petit bouton durcit et il coule sur la corde un filet de bave-hard-ages...
    Quand le plaisir m'enveloppe trop intensément je glisse une main sur mon sexe pour voler un orgasme le plus silencieusement possible avant de courir rejoindre la chaleur des draps de mon lit et de m'endormir.... rouge d'un honteux et secret plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez fait ça? en pleine nuit, mettre main basse sur une corde pour la faire coulisser dans une tyrolienne inversée au cours d'une ascension le long du rail de votre sexe... j'imagine que votre clitoris, comme un petit capteur de proximité pilotait, vos déplacements. Tout cela m'excite en ce jour de repos at ajoute aux attaques hormonales que j'ai déjà subit cette semaine.
      Quant à ce mécanisme de "lubrification embarqué", il n'y a pas de meilleur système? j'adore l'étalonner !

      J'imagine la première de cordée de retour sous ses draps pour faire le débrief de l'ascension...

      Supprimer
    2. Oui Monsieur j'ai fait ça ! J'ai joué les petites funambules excitées à l'insu du monde, j'ai frotté mon sexe sur une corde de chanvre qui, je vous le confesse bien volontiers, me faisait envie depuis des jours déjà, j'ai joui (presque) tout en silence et j'ai rejoint mes draps l'air de rien pour vous raconter mon petit secret avant d'enfin trouver le sommeil...
      Je sais, mes petites envies pressantes de la nuit sont un peu inconventionnelles je vous l'a-ccorde mais les choses qui me tenailles me rendent un peu irrationnelle.

      Et vous savez quoi ? Au sommet du Mont Plaisir la vue était... à couper le souffle ! Je vous envoie la carte postale ? :p

      Supprimer
    3. Vous connaissez ma petite faiblesse en ce qui concerne les éléments visuels et les compte rendu en tous les genres...

      Supprimer
  2. C'est agréable de vous voir poster régulièrement.

    Je pense que la fille a droit de s'insurger et de porter plainte contre votre façon de la dessiner :)

    "Son envie de réussir est presque plus forte que mon envie de la voir réussir... Comme si elle jouait sa valeur de femme... "

    Je n'ai jamais vu ma sexualité et ce qui l'entoure comme une distraction. J'ai un besoin fou d'exister et de ressentir que je suis capable de... C'est une nécessité pour moi d'être dans le dépassement même à moindre mesure, même sur des soit disant trucs absurdes.
    Et si je me sens en échec ou si je perçois dans la voix, les yeux de l'autre une déception allant au-delà de ce que ma fragilité peut supporter alors ça annihile mon envie de jouissance. Il n'y a plus de pouliche (pour reprendre votre terme) juste une petite qui a besoin d'encouragement et de réconfort.

    Le fil tendu dans cette pièce, même si elle est la seule à être à califourchon dessus, ils sont finalement deux à risquer de faire tinter les grelots.

    L'instant parfait ne tient qu'à un fil... Il semblerait que ce jour-là vous étiez un magnifique chef d'orchestre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce jour-là remontre à plus d'une dizaine d'année mais je m'en rappelle avec précision tant la charmante demoiselle qui s'était confrontée à l'exercice avait pris les choses à coeur, abandonnant toute toutes raisons sur l'autel de sa fierté.
      Elle n'a jamais atteint ce 3e grelot, les jambes flagellantes d'épuisement. Sa déception était touchante mais je n'ai pas dérogé à la règle. Elle fût punie encore et encore, jusqu'à ce que je la console parce qu'il n'a avait plus d'autre chemin possible...

      Supprimer
  3. J'ai beaucoup aimé vous voir, en pensée, appliqué à la réalisation de votre petit schéma explicatif...(Big Smile).
    Au passage, Monsieur le Grand Méchant, je remarque que vous avez un gros index !

    Sonnez, sonnez, petits grelots, l'inéluctable montée des eaux :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, un bout de langue sorti entre les lèvres en signe d'application. Oui, j'ai un gros index, du coup je m'en sers plus que le majeur pour faire "des doigts du bonheur" !

      Supprimer
  4. j'ai bien ri devant votre dessin :))))
    vous auriez pu lui faire une tyrolienne pour le retour au bercail!

    J'ai ce truc de vouloir réussir mais intérieurement, y a " la rebelle" qui veut que les choses ne soient pas dans l'ordre où on les attend. c'est une belle bagarre cérébrale. J'essaie justement de gommer ce côté bonne élève que j'ai mais il ne part pas comme ça.
    bravo à votre pouliche en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve particulièrement inspirant d'aller chercher une personne (au cours de ses jeux qui n'en sont pas) dans ce qu'elle a de plus vulnérable. Curieusement cela peut être très érotique, si l'alchimie prend. C'est surement aussi un moyen pour elle d'apprivoiser cette facette irrationnelle. :)

      Supprimer
  5. Décidément Monsieur Méchant vous nous gâtez dernièrement. Votre petite parcours santé euh plaisir paraît plutôt ardue alors félicitations à la demoiselle qui a trouvé en elle cette force et cette envie de réussir. J’ai en moi cette envie de tout bien faire sagement et aussi une petite garce rebelle qui se serai bien marrée. D’ailleurs j’ai ris avec votre dessin même si je ne dessine guère mieux malheureusement. Je vois que vous rivalisez d’ingéniosité pour troubler, faire danser..Les demoiselles que vous aimez tant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avoir envie de bien faire, de faire plaisir, de ne pas décevoir, sont des ressorts infiniment troublant quand on sait les titiller avec bienveillance.
      On peut explorer des jeux érotiques mais aussi mettre le cap sur des objectifs de développement personnel. La relation ne s'en intensifie que d'avantage...

      Supprimer
    2. Votre vocation force le respect mais il y a déjà beaucoup de travail pour corriger alors le développement personnel ou une évolution autre que temporaire et régulière est un vœux pieux mais on vous sent passionné et c’est plaisant!

      Supprimer
    3. J'ai toujours aimé les arcanes du développement personnel surtout quand ce dernier est à mon service voire mon sévice...

      Supprimer
  6. Une âme bien futée me chuchota un jour qu'il n'y avait de meilleur éducateur que celui qui donne envie de se dépasser.
    Il semblerait que vous murmurez à l'oreille des pouliches.
    Amicales pensées,

    Ellow

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis à l'unisson de cette âme bienveillante que vous mentionnez, chère Ellow.
      j'aime suggérer, demander ou exiger, en fonction de la saison des envies !

      Supprimer
  7. Ingénieuse installation, si explicite avec un schéma, que dis-je, une oeuvre aussi précise!
    Je suis très touchée par la photo d'illustration que je trouve très forte...

    Joli jeu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle me trouble beaucoup cette photo.
      Elle m'évoque un exercice en public, dans une ambiance feutrée, ou les murmures accompagneraient le tintement des flutes de champagne...

      Supprimer
    2. en tout cas , c'est pas de la cordelette de fillette là mais bien du cordage maritime. Je l'imagine en fond de cale et avec le tintement de verre de rhum. Allez la délivrer!!!

      Supprimer
    3. Vous voulez dire, attachée à califourchon sur un gros tonneau, nue et exposée aux yeux de tous?

      Supprimer
    4. "Fond de cale, gros tonneau, cordage marin, rhum, exposée..." J'aime bien ces scènes de débauche que l'on met entre les mains du plaisir et de la luxure pour s'assouvir de nos plus profonds désirs... déjà que j'aimais bien l'histoire de fond si on y ajoute les formes aniMâles comme de petits accessoires indispensables.... Dita et Méchant je m'invite à vos soirées ! :p

      Supprimer
    5. Prête à hisser la grande voile Auréa?

      Supprimer
    6. Bon, en vieux loup mer, je hisse l'écoute et je tire sur "le" grand voile. Cap sur la luxure !

      Supprimer
    7. Vu les circonstances actuelles , vous pourrez me montrer le nord sur votre boussole s'il vous plaît ? Parce que là mes yeux sont effectivement voilés par les perspectives de voyage ^^ . bis repetita! Comment se comporte un loup de mer enfermé tout un mois? Il se laisse pousser la barbe et regarde au loin l'horizon . seul et sans croupe câline sous la main ? Allez courage à vous Capitaine et à votre matelote.

      Supprimer
  8. Avant le côté public le programme semblait attrayant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons tous notre imaginaire, MM projette ses fantasmes et son vécu à travers ses racontés ici. Libre à chacun d’animer à sa manière ensuite lorsque cela nous parle en privé ou public ;)

      Notre petit cinéma personnel n'est pas obligé de suivre l'ensemble de l'univers décrit sur ce blog voir pas du tout même. Je pense qu'on peut venir aimer faire voyager notre esprit ici comme sur d'autres blogs sans pour autant adhérer, pouvoir ou vouloir vivre ce qui est décrit.

      Et l’avantage d’une photo, c’est qu’on y projette ce que l’on veut indépendamment des mots. Moi cette femme, je l’ai imaginé dans une vieille salle de boxe. Une femme qui a besoin de canaliser son énergie et son besoin de trop bien faire. Elle est nulle en boxe mais s'acharne, lui débarque dans cette salle « abandonnée » et la regarde des jours durant et puis un soir, il lui dit : Vous allez vous dépasser avec ma méthode, elle est peu conventionnelle mais pour l'abandon et le lâcher prise, c'est parfait. Ca vous tente ? Il est hautain au possible mais il n'y a pas plus crâneuse qu’elle. Elle va relever le défi…

      Supprimer
  9. Je pense que c’est justement ce qui peut être intéressant de découvrir l’imaginaire etc even qui fait vibrer et trouble la personne.
    Peu importe finalement le reste. Je les imaginé dans un grenier aménagé en suite rustique et confortable.
    Elle était tellement appliquée et il ne voyait qu’elle et sa détermination à réussir ce parcours et être plus proche de lui et qu’il en soit fier.
    Et ils se dépasseront tous les deux à leur façon.

    RépondreSupprimer
  10. Sinon ce que j’aime dans une histoire c’est aussi qu’on peut en retenir ce qui nous plaît car dans la vie ce n’est pas le cas. J’ai un côté où je dis ce qui me trouble le plus mais lis le tout et m’en souviens. Je ne juge ou ne critique pas en me disant que c’est excitant et troublant ou non. Après tout je suis venue lire de mon propre chef et découvrir l’univers de MM...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, la fille est mise en scène dans une salle de boxe rustique, dans un grenier aménagé en suite... et quoi d'autre?

      Moi, ce qui me plait dans cette photo c'est l'expression de son visage, les yeux rivés sur le point de contact de la corde avec son sexe...
      On y décèle de l'excitation, de la surprise et peut être des efforts aussi
      Moi, j'ai carrément envie de monter le son, voir comme sa respiration est altérée et si des petits gémissements s'évadent de sa bouche..

      Supprimer
  11. Oh mais vous pourriez peut être nous faire un enregistrement audio des respirations de vos deux petites matelots quand vous aurez mis cap sur la luxure :)

    C'est très beau à entendre la respiration qui s'emballe avant la jouissance des demoiselles...

    RépondreSupprimer
  12. C’est vrai que cela pourrai être extrêmement troublant et/ou excitant dans la voir et l’entendre se démener...

    RépondreSupprimer
  13. Les grelots tintent encore après tant d'années ? ;-)))

    RépondreSupprimer