samedi 17 octobre 2020

Tirer le Grelot !


Mais je le sais que je suis bizarre, héhooo, je saiiiis !
J'aime jouer à la poupée tout autant qu'au dressage de pouliche !
Une fois, j'avais tendu un gros fil en coton depuis le bas du pied de la table jusqu'à une applique murale de manière à ce que cette cordelette monte en pente douce comme le câble d'un petit funiculaire. Sur ce fil, j'avais pincé deux petits grelots, comme deux petits mouchards, insolents et moqueurs...

Je vous raconte? Bon, je vous raconte !

Elle me regarde en essayant de comprendre où je veux en venir et n'obtient aucune autre explication qu'un: "Mets-toi sur la pointe des pieds".
Je me baisse : "Plus haut les pointes! ". Elle Obéit.

Je mesure précisément la distance qui va de la moquette jusqu'aux lèvres de son sexe. Je retranche de cette longueur la largeur de trois doigts. Je définis ensuite sur le fil tendu le point dont la hauteur par rapport au sol est égale à la longueur obtenue précédemment et j'y pince un troisième grelot !

J'ai perdu qui là? tout le monde suit? Je sais, c’est très très technique et j'essaye d'être précis. Bon je peux vous le dire maintenant, j'ai une formation d'ingénieur alors j'vais vous faire un tit crobar (même si j'suis pas foutu de crayonner un mouton, je dessine comme une enclume ! faudrait que je demande à Stan ! ).

C'est plus clair?

Ensuite, je place ma pouliche à coté de la table, à califourchon sur le fil. Ses jambes sont légèrement écartées et elle a les mains sur la tête.

Je lui apprends l’enchaînement suivant:  "talons, pointes des pieds (pendant que je décompte 20 jusqu'à zéro) puis talons ! ». Elle l’exécute une première fois à la perfection. Good girl !

« Avance d’un pas, juste un pas, pas plus et sans toucher la corde ! »
La demoiselle glisse doucement d'un pas, en prenant soin de ne pas réveiller les grelots qui sommeillent.
De nouveau, je lui dicte l’enchaînement et ma cravache bat le décompte de ma voix sur le plat de ma main comme la baguette du maestro. "excellent travail !"
« Avance à nouveau ». Elle glisse d'un pas.

Vous voyez l’enchaînement ? limpide, précis et appliqué?
Elle en a fait quatre, chacun suivi d'un pas et c’est là, juste après, que la merveilleuse mécanique que j’avais mise en œuvre s’est enrayée...

Ça commence par un grelot qui soupire, la pouliche qui s’immobilise, ma cravache qui la cingle, avant qu'elle ne recommence depuis le départ, au niveau de la table.
Puis après 3 enchaînements impeccables, un grelot moucharde à nouveau, nouvelle correction pendant que je la sermonne. Nouveau départ !
Elle recommence l'exercice, serre les dents, nouvelle défaillance, elle s’énerve et tape du pied sur le sol de rage.
Son envie de réussir est presque plus forte que mon envie de la voir réussir.

Ma voix se durcit, ses yeux se troublent sous les morsures de ma cravache. Encore le point de départ, encore... encore...

Il y a des jeux où l’on peut s’investir au-delà du raisonnable, comme si on jouait sa valeur d’homme ou de femme sur une épreuve absurde, vécue avec démesure.
C’est tout un petit séisme qui s’est invité en elle ce soir-là, la rendant tellement vulnérable dans son obsession de bien faire. Et elle s'est noyée dans une océan de larmes pour gravir cette ascension. 

Quand elle repris pied après ce petit naufrage, c'était sur la terre ferme ou plutôt un lit, dans le berceau de mes bras qui la câlinaient.

Etrange comme le chaos et le déséquilibre sont, parfois, des chemins nécessaires pour trouver la sérénité de l’instant parfait.

samedi 3 octobre 2020

J’ai reconnu le bonheur au son qu’il a fait en partant


"J’ai reconnu le bonheur au son qu’il a fait en partant ! "
C'est bon, hein? c'est du Prévert ! ça nous renvoie à notre incapacité à voir le bonheur qui nous entoure, chaque jour, embastillés que nous sommes dans nos croyances et nos émotions. 

J'écris ça parce que ce matin, après avoir fermé les portes de mon donjon pour partir en week-end, laissant une demi-douzaine de vilaines aux fers, nues, exposées et contraintes par des carcans ou des jougs qui leur imposaient l’indécence et une disponibilité totale,  j'ai longé la mer pour profiter du soleil qui se levait.

Et pendant que je marchais sur le sable, je me suis souvenu de Platon, ce petit con qui disait, rejoint plus tard par ce pleutre de Schopenhauer que: Aimer, c’est Désirer et que quand on désire ce qu’on a pas, on éprouve le Manque et par voie de conséquence, on expérimente la Souffrance ! 

Je l’aime, je la désire, je ne l’ai pas, elle me manque, je suis malheureux et donc: je souffre !
What the fuck ?

Et du coup, ces deux pisses-vinaigre, ils en rajoutent pour faire les malins !
ils nous disent que: quand on a ce qu’on désire et bien on ne le désire plus et du coup, on ne l’aime plus et là, on se noie dans les méandres de quoi? je vous le donne dans le mille ! l’Ennui !!! 0_°
What the fuck ? 

Merci les mecs ! 
Alors si je résume la situation quand j’ai pas ce que je désire, je souffre et quand je l’ai, je m’ennuie!
Et bien moi qui marche au désir, on peut dire que je suis mal barré dans mes relations, avec la vision de ces deux rigolos !

Forcément là, j’ai failli me jeter dans les vagues comme un désespéré, pour que la mer m'arrache à l'absurdité du monde. 
Mais comme je devais remplir les gamelles d'eau de mes suppliciées lundi matin, je me suis retenu. Qui s'occuperait d'elles, sinon?

Et là, peut être pour me récompenser de la miséricorde dont je venais de faire preuve, je me suis souvenu de Baruch, le merveilleux ! 
Baruch, lui il nous tire de ce seum absolu en prenant à contre-pied les deux renfrognés ! 
C’est qu’ils sont dangereux ces gars-là ! On les écoute, on finit reclus dans une caverne, les désirs solubles dans l’idée d’un bonheur platonique ! 

Alors qu’est-ce qu’il nous dit Spinoza ? 
Si j'ai bien compris, il nous explique que le désir, c’est pas le manque ! 
Noooooooon, le désir, c’est le moteur de la vie, le désir c’est la puissance et la puissance, c’est le bonheur ! 

Parce que, quand je la désire, quand je désire la voir, la fesser et lui tirer les cheveux , quand je désire la tenir en laisse en lui faisant subir les pires outrages, et bien j’en éprouve une toute puissance, celle d’en jouir ! 
Alors là, quand je dis "d'en jouir", bien-sûr, vous allez m’imaginer grimaçant, la main vissée sur mon sexe disproportionné.
Mais non, je ne parle pas de ça ! (ou pas QUE de ça !).

Quand je l’imagine, en me racontant toutes mes petites histoires, quand je vibre en pensant à elle, je suis heureux, tout simplement.

Et je dois être conscient de ce bonheur, au lieu de me perdre dans la passion et ses émotions qui le tiennent à distance. 
Et là, au lieu de lui dire : « tu me manques », je lui dirai : « je suis heureux de te connaître».

C’est ça ce que Prévert voulait nous rappeler aussi à sa façon. 
Le poète et Spinoza nous rappellent que le bonheur est en nous, qu’il faut savoir le trouver dans le monde tel qu’il est et pas dans le désir d’un monde qui n’existe pas. 

Ben voilà, je trouve que c’est une belle destination, la philosophie de Spinoza ! Même si, il faut bien l’avouer, les concepts de Platon me tenaillent toujours un peu...
Du coup, comme j'étais en joie, je me suis dit que mes suppliciées auraient double ration de coquillettes, lundi ! Petites veinardes !

mardi 29 septembre 2020

pêche à la ligne





Elle a deux boules de geisha nichées entre les cuisses, happées par le sexe qu'une délicate incision dans ses collants a rendu accessible.

J'ai monté une ligne d'environ 9 mètres fixée à ce leurre doré que son entrecuisse a avalé doucement. 
Maintenant seul l'anneau, qui pointe entre les lèvres de son sexe, trahit la présence de ces boules japonaises avec lesquelles je l'ai appâtée. 
Et il est solidement attaché à ma ligne.

Comme un vieux loup de mer, assis sur l'épais tapis d'un salon, appuyé contre le mur, je jauge ma prise.
Elle est encore loin... 
A quatre pattes, tête baissée, regard en coin, elle est nue et gainée par l'unique filet de son collant.
Je la manœuvre avec douceur et fermeté, un coup à gauche, à coup à droite. 
je lui donne du mou, puis je la reprends.
Un petit combat jusqu'à sa reddition..
Alors, doucement, je ramène la ligne, centimètre après centimètre, mètre après mètre en surveillant le déhanché qu'elle a, quand elle se rapproche, fébrile et vulnérable, les joues en feu et le souffle altéré.

Et, quand je n'ai plus de ligne à ramener, elle est là, tout contre moi, la tête posée dans le creux de mon cou. 
Elle est immobile, les cheveux comme une caresse sur mon visage.
Je ressens la chaleur de son corps, je perçois ses gémissements et je respire son odeur.

Elle ne bouge plus pendant que j'enlève le leurre enfilé entre ses cuisses qui salivent avec abondance...

Vais-je la remettre à l'O?

lundi 14 septembre 2020

Convocation


Mademoiselle, 

Vous n’êtes qu’une petite insolente qui sème à tout va ses provocations et ses excès, rongée par le fort caractère qu’on vous connaît. Ils sont les fruits d'un sentiment d’impunité qui pousse dans le verger fertile de celles dont la bride prend du "jeu".
Alors, je vais vous punir comme on punit les petite garces retranchées sur leurs piédestals, drapées dans la prophétie d’immunité qu’exhibent les petites princesses trop vite couronnées. 

En arrivant, vous poserez votre tenue de femme sur la chaise, en prenant soin de la plier correctement. Vous ne porterez plus qu’une simple culotte en coton, déchue de tous vos apparats et vos froufrous de femme triomphante qui par le jeu de la rhétorique et de la séduction mène son petit monde par le bout du nez. 

Vous serez ensuite sévèrement fessée, cul-nu, devant tout le monde, à la main, basculée comme une gamine en travers de mes cuisses. Il sera inutile de pleurnicher des excuses tardives, vous n’échapperez pas à ce que vous avez mérité.

Ensuite, vous irez au milieu de la pièce et vous vous pencherez en avant devant mes invités, les mains enserrant vos chevilles pour exhiber honteusement votre cul brulant et bien rouge. 
J’en profiterai pour nicher dans votre œillet exposé un doigt de gingembre bien vert et, pour remédier à vos éventuelles humeurs de petite vicieuse, je placerai dans votre culotte une éponge, la face verte au contact de votre sexe. 

Ensuite, vous resterez debout, les mains sur la tête, pendant 15 minutes, endurant votre punition et la brulure qui montera inéluctablement le long de votre périnée jusqu’à vos fesses douloureuses. 

Il y a de grandes chances qu’à ce moment vous vous sentiez suffisamment remise à votre place pour être parfaitement Obéissante. Il faudra alors vous excuser pour votre conduite et l’ensemble de vos actes, d’une manière appropriée sur le fond et sur la forme. 
Dans le cas contraire, je vous ferai gouter la rigueur de mon martinet sur l’ensemble du corps jusqu’à ce que je sois satisfait. 

En ce qui concerne la tenue vaporeuse et ensorcelante que vous aurez amenée dans votre sac, vous ne pourrez la mettre que lorsque j’aurai levé votre punition et qu’en déposant un gros bisou dans mon cou pour vous faire pardonner, vous aurez ajouté: 
“je peux m’habiller comme une grande, Monsieur?” 

Alors seulement, l’heure viendra de vous emmener en balade, secrètement “appareillée” sous votre tenue sexy...

samedi 5 septembre 2020

Le Syndrome de Stockholm

 


Elle est sur le lit, immobile et offerte sur le dos.

Funambule d’un fil invisible qui se tend entre excitation et inquiétude.
Je ne parle plus, les loups parlent-ils quand ils convoitent l’âme de celle qui leur est 'chair'?
Je n’ai que mes yeux noirs d’envies sulfureuses, ma bouche, ma langue et les baisers cinglants d’une cravache de cuir qui mord quand elle ne caresse pas.
J'ai roulé sa culotte sur une de ses fesses pour la rendre accessible en la poussant sur le lit.
Le bout de ma cravache relève sa jupe, dévoile l’intimité de son sexe en pressant l’intérieur de ses cuisses pour en forcer l’ouverture.
Je plaque la langue de cuir sur sa fente, comme une petite main qui viendrait en condamner l’accès avec provocation.
Dans un frôlement, la pointe de cuir noir glisse sur ses bas, en descendant le long de ses cuisses et ses jambes jusqu’aux talons de ses chaussures.
Je tourne autour de ma Belle prise, alors que la transe me gagne et que l’homme s’efface pour laisser place à l’Animal.
Mes mains basculent ses seins en dehors de son soutien gorge, ils se raidissent et se tendent alors que mes lèvres les pincent. Je les lèche.
Je cherche son odeur dans ses cheveux, puis dans son cou que je goûte à coups de langue. Je la tète juste en dessous de l'oreille.
Ses yeux brillent et moi je m’y plonge comme dans l'eau fraiche et vive où l’on abreuve une soif orpheline.

Toujours le silence. 
Toujours nos souffles et parfois un gémissement qui s’échappe de sa bouche.

Elle est à moi, offerte, abandonnée, consentante et j’éprouve mon pouvoir.
Je pointe la cravache sur le bout d’un sein que je claque légèrement une première fois, j’observe sa réaction et récidive sur l'autre téton qui se tend à son tour.
Furtivement, elle m'observe, immobile et captive.
Ma cravache renouvelle ses morsures, un peu plus fortement, ses seins sont raides et leurs pointes se cabrent.

Je lui fais face à nouveau, cingle l’intérieur de ses cuisses pour en forcer l'ouverture.
Je prends mon temps, une morsure, une caresse, une morsure, un frôlement. 

Sa respiration s’altère.
Sans un mot, je la retourne sur le lit,
- « Cambre-toi ». Elle Obéit
- « Présente-moi ton joli cul ». 
Elle obéit et lève les fesses en forçant sa cambrure.
Je pointe l’index sur son anneau dont j’éprouve l’élasticité alors que ma queue bat contre ses fesses au rythme de mon sang qui afflue.

J’invite mon sexe en elle, je l'ouvre doucement et lentement j'en deviens le maitre absolu.

Je lui chuchote dans le creux de l’oreille :
- « Est-ce que tu me sens ? »
- « Oh oui, Monsieur »
- « Ou suis-je ? »
- « Dans mon cul, Monsieur »
- « Oui, je suis dans ton cul, je te sens, je te remplis, je te visite et tu es à moi, je veux que tu me serres ». 
Elle Obéit, son périnée m'enlace.

Ma voix exige avec intransigeance, la sienne s'abandonne et obéit. Avec la rigueur des tangos de Milonga, elles avancent ensemble vers une destination inconnue.

La rondeur de ses fesses bât contre mon bas ventre quand j'amplifie mes va-et-vient et que ma main se pose sur sa tête.
Plus je lui appuie sur la tête, plus son cul se donne et se tend vers moi.
Elle gémit, s’abandonne. Elle crie. 

Je lui murmure d’indicibles envies, elle me répond avec indécence.
Cela dure.
Mon coeur s'épuise, pendant que je m'agrippe à elle, comme à une terre promise.
Enfin elle m'adoube de ce troublant pouvoir:

- « Est-ce que je peux jouir ? ».  Je lui fais répéter, elle répète.
- « Est-ce que je peux jouir, Monsieur ?»

Le pouvoir n’est jamais aussi enivrant que lorsqu'il rend ses victimes consentantes...

dimanche 30 août 2020

Des manières de rustre ?

On dit de moi que j’ai des manières de rustre !!! 

De rustre???? Ça me laisse perplexe... 

Pourtant, hier encore, je l’ai embrassée tellement que j'en ai manqué d'air, je lui ai raconté ma chair en manque avec passion. 
Ensuite, je me suis appliqué à la laver, la savonner, la sécher et la crémer avec ce lait aux senteurs de Monoï.
Je l’ai coiffée longuement avant de lui fixer une barrette dans les cheveux, l'ai parfumée.

J'ai même étalé du talc autour de son sexe avec un pinceau, en évitant soigneusement que le silicate ne s'agglomère avec les humeurs démonstratives qui s'échappaient d'entre ses lèvres, je vous raconte pas le boulot minutieux et la patience du "ruuuustre" !!!!

Et quand je lui ai demandé si elle se sentait bien, même qu'elle m’a répondu: « Oui Monsieur », tiens d'abord !
Alors elles sont ou ces 'manières de rustre', hein?? noméhooo. 

Ensuite? 
Nous sommes ‘romantiquement’ partis en balade pour visiter l’hôtel !
Non vraiment, il y a un truc qui m'échappe...

dimanche 21 juin 2020

Exercice numéro 19: Le Fil Rouge

En travers de la pièce j'ai tendu un fil de laine rouge sur lequel sont pendus deux petites clochettes promptes à moucharder la moindre vibration.

Elle est là, debout sur la pointe des pieds, à califourchon sur ce fil qui passe entre ses cuisses et frôle les lèvres de son sexe en son milieu.

 

Ses mains sont posées sur sa tête et les traits de son visage révèlent la concentration qu'elle déploie pour réussir son exercice.

 

Il faut maintenir les grelots silencieux et rester immobile.

 

Un infime mouvement, une imperceptible oscillation et ces mouchards s’agitent pour dénoncer la vilaine qui devait rester immobile sur ce coin suspendu au milieu de la pièce.

Un infime mouvement et les clochettes m'appellent pour que je corrige et fesse la petite maladroite qui a failli. 

Ses fesses sont déjà rouge, encore brulantes des défaillances passées. 

 

Moi, hypnotisé par ce sexe délicieusement solidaire du fil de laine, j’observe, intrigué.

Sans un mot, je spécule sur la capacité de cette demoiselle à maintenir la pose pendant le temps que je lui ai fixé.

Elle tente de maintenir l'équilibre perchée sur ses jambes douloureuses qui tétanisent. 

Appliquée et Obéissante. Bonne petite

 

Et là! 

Non, ce n’est pas pôoossible !

Grand dieu !

(Notez les efforts de votre serviteur pour signaler au lecteur qu’il s’agit là du climax)

Je m’approche un peu plus près pour examiner cette fente qui a happé une partie du fil rouge.

Un humeur démonstrative s'en échappe et commence à imbiber la laine. 

Elle mouille… (grand sourire)

 

 

APPEL A PARTENARIAT:

Ce texte attend des photos personnelles pour l'illustrer..

A votre bon coeur et vos belles fesses !



Une très jolie contribution de la petite braqueuse en guise d'illustration.




Who's next? 

The next one is Dita ! :)

Merci pour cette deuxième très jolie contribution !



Et ensuite? 😇


 



dimanche 31 mai 2020

Exercice numéro 18: Plug and Play

Mademoiselle, 


Vous trouverez dans le paquet joint à cette lettre, un oeuf vibrant dont la couleur barbapapa vous témoignera, une fois de plus, du romantisme qui asservit votre serviteur.

Ne voyez, dans cette attention, que l'unique expression d'une ambition démesurée, celle de vous guider (le terme téléguider serait plus adapté...) sur les chemins de vos fantaisies qui sont aussi les miennes.

Cet oeuf est accompagné d'une télécommande avec 10 programmes. 

Vous avez la semaine toute entière pour apprendre les numéros de ces programmes, le type de vibration qui les caractérisent, ainsi que les fonctions qui leurs sont attribuées.

Bien entendu, vous ferez ces devoirs après avoir niché l'oeuf entre vos cuisses afin que votre chair se familiarise avec les séquences vibratoires.


Les fonctions de ces programmes sont très simples (si si, voyez vous-même):

P1: Avancez

P2: Reculez 

P3: Tournez à droite 

P4: Tournez à gauche 

P5: Levez les fesses 

P6: Baissez les fesses 

P7: Écartez les cuisses 

P8: Fermez les cuisses 

P9: Mettez-vous à quatre pattes 

P10: Mettez-vous debout 


Mademoiselle, il est important que vous connaissiez ces fonctions sur le bout des doigts (le bout du clitoris est une expression surement plus appropriée ... -grand sourire-) 

Moi qui n'ambitionne que de vous guider avec précision sur les chemins de l'Obéissance, j'aurai alors l'opportunité de le faire sans l'ombre d'une erreur.

Vous me connaissez et savez que toute erreur sera sanctionnée avec le cuir et la rigueur de ceux qui veillent à votre investissement éducatif.


Jeudi, vous porterez une tenue très féminine. Vous n'aurez ni culotte, ni soutien gorge. 

A 15h, vous vous rendrez à l'adresse qui vous sera communiquée par texto.

Vous sonnerez à la porte et vous vous mettrez à quatre pattes après avoir niché l'oeuf entre vos cuisses.


Quand j'ouvrirai, vous aurez la télécommande délicatement présentée en travers de la bouche. 

Je la prendrai et vous guiderai pour aller prendre un petit goûter en très bonne compagnie...



Cher Monsieur, 

Le cabinet de curiosité a œuvré toute la nuit pour vous offrir le récit du goûter de votre blog. S'il vous convient nous vous proposerons l'illustration qui va avec pour votre publication.

Cordialement,

Aurea, du Cabinet de Curiosités 

(Sourire)

 

Il est 15h. La porte s'ouvre sur ma posture à quatre pattes de petit animal. Durant quelques interminables secondes nos regards se figent l'un sur l'autre avant que ses mains ne se posent avec douceur sur mon visage.

Mes lèvres lui tendent la télécommande de l'oeuf vibrant couleur barbapapa que j'ai glissé entre mes cuisses avant de venir.

Il murmure à mon oreille d'être courageuse et bien sage cette après-midi, de me montrer très obéissante et de le rendre fière. Il me dis ne ne pas avoir peur, que la longue laisse métallique qu'il attache à mon collier ne quittera pas sa main et qu'il ne sera jamais très loin de moi.

Chacun de ses mots me trouble et me captive. Je sens émerger à la naissance de mon sexe un petit filet d'excitation.

Il récupère la télécommande, dépose sur mes lèvres un baiser et active P1, avancez...


J'entre très lentement dans la maison, le regard caché derrière une dérisoire petite mèche de cheveux. Il me mène par la laisse jusque dans une pièce animée par les voix d'inconnus.

Un silence presque religieux gagne la pièce quand j'y pénètre.

Je tremble d'appréhension et d'envies en devinant les regards posés sur moi.


L'oeuf niché dans mon intimité change de programme. Je tourne à la rencontre d'un convive.

J'obéis aux ordres d'un petit objet en plastique et mon sexe coule au rythme de ces inhabituelles présentations.

Quand il me fait monter la table basse qui fait office d'estrade je sais qu'il y a deux hommes et une femme.


Je m'immobilise et l'écoute très attentivement parler de moi à la troisième personne - je suis l'animal de compagnie de ce divin goûter.


Il me fait allonger sur le dos pour me faire faire quelques exercices:

P7, j'écarte les cuisses

P8, je ferme les cuisses

P5, je lève les fesses

P6, je baisse les fesses


Une des invités s'approche de moi.

P7 me fait écarter les cuisses et P5 me fait lever les fesses pour présenter mon intimité à cette inconnue qui veut me goûter.

Bien à sa place, le jouet ronronne et sa langue à elle me fait gémir doucement.

La main d'un homme se pose sur mes seins et j'offre ma bouche au dernier convive.

Tout le monde goûte à cet encas particulier et je m'abandonne à cette "scène" là.


L'instant est si troublant que j'en oublie d'obéir à la dictée des maux de plaisir de la télécommande.

Je m'en rend compte quand le monde se fige alors qu'il affirme: 

- "Mademoiselle, vous allez être punie"

Mes joues s'empourprent de honte.


Il active P10, je me met debout.

Il me penche en avant.

- "Mademoiselle, vous allez être punie par l'assemblée que vous venez de décevoir en cessant de vous montrer attentive aux ordres des vibrations de votre œuf barbapapa !

Dix coups par convive me semble nécessaire pour vous remettre sur le droit chemin de l'obéissance et, vous aurez à deviner l'instrument qui vous châtie. Si vous vous trompez vous subirez la correction une deuxième fois et ce, jusqu'à ce que vous tombiez juste. Est ce bien clair, mademoiselle ?

- Oui, Monsieur".


C'est le martinet qui ouvre la danse de ma correction avant que ne "frappe à mon corps" une cravache de dressage et une badine.

En confondant le strap et la ceinture je m'offre une série supplémentaire du goût sévère de cette dernière.

La punition est terminée. On me caresse, on me félicite, on me déshabille. On touche à mon sexe, à mes lèvres, à mes seins et à mes fesses.

L'oeuf vibre et mon corps tremble.

De petites larmes perlent le long de mes joues alors que le lit d'envies de mon sexe est en crue.

Le monde tourne autour de moi et je veux jouir des émotions qu'il me procure.


Il me fait rallonger sur le dos. Mon regard se plante dans le sien pour s'accrocher  à Notre complicité.

Il a posé sur mon corps ses quatre mains et ses deux langues. Je ne vois plus que Lui.

Je suis un petit volcan qui n'arrive plus à contenir son éruption. Je lui demande un peu timidement l'autorisation de jouir.

J'aime son regard quand il me répond:

 

"- Vous avez le droit Mademoiselle vous avez été sage"





mercredi 13 mai 2020

Exercice numéro 17: Bain de mes nuits



Elle est allongée, le corps totalement immergé dans la clandestinité d’une eau laiteuse et de sa mousse opaque.
Seuls sa tête et ses cheveux indisciplinés sont visibles dans l’ivoire d’une baignoire.
Nue dans cette masse blanche, elle est à quelques centimètres de cet homme, assis sur une chaise, un verre de vin à la main.
Elle ne distingue pas son visage inconnu, mais juste son sourire dans le halo de lumière d'une bougie posée sur le sol.

Cet homme est entré dans l’intimité de cette salle d’O pour lui livrer ses exigences :
Elle garderait la maitrise de tout son corps à l’exception de sa main droite qui obéirait à sa voix à lui.
Elle n’aurait aucun mouvement qui puisse déformer la surface blanche du liquide ou elle est plongée.
Si jamais, il apercevait la moindre vibration de la surface aqueuse ou de sa mousse, il vidangerait la baignoire en observant le niveau de l’eau descendre et dévoiler la nudité de ce corps pris au piège dans une prison d’émail.
Ensuite, il utiliserait l’objet de cuir, posé sur le sol, afin de la punir pour ne pas avoir suivi la règle qu’ils avaient définie.

Alors, maintenant, cet homme dicte calmement sa volonté à cette main docilement obéissante.
Elle, elle se concentre sur son souffle, ajuste ses mouvements pour ne pas troubler l’immobilité du bain.
Sa main ‘domestiquée’ visite l’intérieur de ses cuisses, la douceur de son pubis, convoite le sexe offert dont elle se rapproche lentement, manipulée par les impératifs que murmure la voix ferme et douce.
Son index fouille sa ‘faille’ et creuse son sillon pendant qu'elle tente de maintenir, sur son visage et dans sa respiration, un calme en harmonie avec la masse d'eau qui dort.

La voix exige que l’index inspecte le clitoris, évalue ses contours et sa turgescence.
Le contraste s’amplifie entre cette indécente fouille sous-marine et le calme apparent à la surface.
La surface de l'eau est une frontière entre deux univers en distorsion, comme sa bouche alors qu'elle se mord les lèvres.

L’homme observe, il s’amuse de "sa" main mise entre ces cuisses.
Il attend le moment inéluctable ou la surface de l’eau va se rompre, révélant un mouvement sous marin d’amplitude.

Elle sent l’imminence d’une secousse sismique alors que sa main en sonde l’épicentre, son souffle est perceptible, ses yeux sont bavards, son visage s’exprime en silence.
Elle fait un ultime  effort mais fatalement... elle implose avec un petit cri.

Alors.... la surface du bain se déchire d’un petit mascaret, annonciateur de la punition à venir.

jeudi 23 avril 2020

Cher journal !

Cher journal,

Je suis confiné comme une grosse fève enfoncé profond dans une galette pour 32 personnes et qui voudrait qu’on la trouve et qu’on la suce ! 
Enfermé dans mon séjour, j'avale des seaux de 5L de Ben&Jerry en sanglotant devant des vidéos où de jolis p’tits culs se font rudoyer à la ceinture par des rustres. Oh la chance qu’ils ont !!!!
Je me suis fait hypnotiser par le GIF d'une poupée debout sur ses petits pieds qui agitait son petit cul duquel pendait une petite queue attachée à un rosebud. 

Je vais mal, journal, très mal, j’te dis !
Je donne des coups de martinet sur tout ce qui me passe sous la main dans mon garage, j'ai même mis un collier et une laisse à un yucca en lui ordonnant de m'obéir,  j'ai fait du bondage sur des pommes de terre germées que j'ai saucissonné en Mr Patate et suspendues dans la salle de bain.

J’en peux pu, je veux aller chez les coiffeurs, mes cheveux ont tellement poussé qu’on dirait Candeloro à la fashion week. 
Je broie du noir en passant mes journées à astiquer mes joujoux en cuir quand ce n'est pas mon sexe gigantesque. Du coup, je me suis mis à cuisiner des œufs à la neige, fallait que je fouette quelque chose !
Cher journal, ça va s’arrêter quand ce truc ? je me suis acheté une cagoule en cuir chez Démonia pour pouvoir circuler dans les magasins de bouffe, d'ailleurs, je tiens à signaler au gouvernement que c'est magique, la cagoule en cuir, pour la distanciation sociale ! 
J'ai un mauvais pressentiment, y-a des gens qui se stockent en PQ jusqu’à Noel ! On va en chier, c’est sûr !
Ça me stresse, j’en ai perdu mon flow, quand je demande à une fille de m’envoyer une photo de ses fesses pour m’aider à surmonter ma jachère sexuelle, ça marche pu ! même qu’il y en a une qui m’a traité de sale pervers !
Mais ? tout le monde le sait que je suis pervers pourtant, journal ? qu’est-ce qui se passe ?

J'ai les spermiductes congestionnés comme les périphériques un jour de déconfinement !
Du coup, je me suis abonné à une chaine de streaming pour adultes. Mais c’est nul ! même Ribéry écrirait un scénario plus cérébral. Il y a que « Petite Salope est une Grosse Vilaine » qui passe encore. Du coup, je l’ai maté 23 fois !
23 fois, c’est presqu’autant que le nombre de mes insomnies depuis le début de l’état d’urgence. Je fais des cauchemars, j'en dors plus la nuit !
Quand je rêve pas que je suis coincé dans les embouteillages alors que trois poupées s’impatientent dans une chambre d’hôtel et finissent pas téléphoner à Waldo pour son service all inclusive, je rêve que j’ai pu de bras et qu’une demoiselle en jupe à carreaux et souliers vernis me fait : " pas de bras, pas de tutorat ! " , avant de filer retrouver Waldo...

Nan Nan je vais mal, Journal, faut qu’ça cesse très vite, cette histoire !




samedi 4 avril 2020

Episode 24 - La toilette


Je l’embrasse en serrant sa tête contre mon torse, mes doigts creusent sa chevelure et ma bouche mange son cou et sa nuque. Je suis aux anges qu'elle m'ait rapporté la balle plusieurs fois avec perfection et qu'elle semble y avoir pris goût.
Elle s’est appliquée même si elle s’y est reprise à trois fois avant que l’exécution ne soit parfaite, les zébrures sur son cul en témoignent.

(Il en est de mes exigences comme des choses qui me tiennent à cœur. J’en ai une vision très personnelle, souvent détaillée à l’excès, je le sais.
L’envie de tout contrôler m’habite au-delà du raisonnable...
Du coup quand j’entre dans l’arène, c’est comme si je remettais en jeu le pouvoir que j’ai sur elle.
Forcément, j’ai intérêt à ne pas exiger l’impossible, il en va de mon existence même dans tout « ça ».
J’aurais beau avoir tout obtenu d’elle hier, si je trébuche aujourd’hui, c’est comme si la mort m’arrachait à ce cocon que nous tissons ensemble avec le fil de nos envies.
J’exige et elle doit Obéir. Il ne peut y avoir de dérogation ni d’entredeux.
Exiger en risquant « la mort ».
Risquer qu’elle refuse et que devant mon entêtement, elle s’entête aussi. 
Risquer que tout ça finisse mal parce que, en moi, il y a un gamin, petit roi soleil qui n'a pas su trouver le chemin de la petite fille sage, en elle...

Quant à mon exigence, elle est d’autant plus forte qu’il faut satisfaire la multitude de ces presque riens qui l'habitent.
Alors, je dois être très clair sur ce que j’attends et elle doit être très appliquée dans ce qu’elle exécute.
Et sur ce chemin non négociable que je trace, elle me livrera son interprétation au plus proche de mes désirs et des siens, en cherchant l'accord parfait.
Et moi, je commenterai sur son corps ses différentes tentatives avec une aimante sévérité, jusqu'à ce que nous atteignons la perfection...)

-      " Maintenant que tu m’as montré que tu étais un petit animal de compagnie bien dressé, je vais faire ta toilette …. "

En disant ces mots j'empoigne ses cheveux et la guide à 4 pattes vers la salle de bains jusque sur le carrelage de la douche.

Je ramène ensuite le balai éponge et le seau que je remplis d’eau tiède et de savon liquide.
Avec le pommeau de la douche j’arrose cette petite chienne immobile et Obéissante en dirigeant le jet d’eau sur son cul, ses reins, son sexe et sur sa tête aussi.
L’eau coule abondamment sur tout son corps ainsi que le long de ses cheveux et sur son visage.
Elle grogne mais ne dit rien, le martinet n’est pas loin, posé sur la vasque, elle le sait.
  
Je plonge ensuite l’éponge épaisse dans la mousse du seau et je commence à frotter son corps à 4 pattes en tenant le balai à deux mains.
Je frotte son dos, ses fesses, je lui demande de se déplacer et d’écarter les cuisses pour que l’éponge au bout du balai astique son sexe et tout son entrecuisse.
Je la positionne ensuite sur le dos, les cuisses ouvertes et je savonne les seins, le ventre, les jambes en insistant sur le sexe qu'elle me présente honteusement pour la toilette.
Elle a fermé les yeux, comme bercée par le crépitement de la mousse que j’étale sur tout son corps, à mesure que je frotte.

Ensuite, je lui dis de s’assoir en tailleur dans la douche et lave son épaisse chevelure, mèche par mèche.

Quand je l’ai suffisamment frottée et astiquée, j’attrape à nouveau la douchette et j’entreprends de la rincer longuement pendant qu’elle se tient debout, les jambes écartées.
Je mouille abondamment sa chevelure afin de diluer la mousse jusqu’à ce que ses cheveux accrochent mes doigts quand je les frotte, m’indiquant que je peux rincer le reste de son corps.
Mes mains s’attardent sur chaque millimètre de sa peau en descendant vers ses fesses, son anus et son sexe où j’insiste avant de réaliser que ce n’est pas le savon qui lubrifie l’intérieur de ses lèvres.
Alors, je reprends ma progression et m’applique à bannir la mousse du reste de son corps avant d’entreprendre de l’essuyer longuement avec une serviette en coton.

Nue et silencieuse, elle m’observe passer la serviette sur sa peau et dans ses cheveux jusqu'à ce que je lui dise:

-       " Tu démêleras tes cheveux plus tard, maintenant, il est temps que je m’occupe de ton sexe !" 

J’attrape ensuite le petit pinceau posé sur la console et me dirige vers le séjour.
Elle se met à 4 pattes et, comme un petit animal bien dressé, me suit sagement vers la grande table…